1 1 1 0

Le Controle Continu Intégral

Le Controle Continu Intégral est un point majeur des programmes de la FAGE depuis maintenant 7 ans. Plébiscité par les étudiants dans lesquels elle s'opère, l'évaluation par le biais du Controle Continu Intégral (CCI) rest une évolution majeure qui permet une rélle réussite du plus grand nombre d'étudiants.

 

La mise en place du contrôle continu permettrait une augmentation sensible et générale de la réussite, et constituerait, pour au moins 5 bonnes raisons, une avancée majeure :

  • Le contrôle continu intégral booste les taux de réussite des étudiants : proposant une approche formative et évaluant une progression tout le long de l’année, cette modalité de contrôle des compétences a permis à l'Université d'Avignon de faire progresser les taux de réussite de manière impressionnante. En licence AES, premier semestre, ce taux augmente de 11 % en 2008-2009 à 35 % en 2012-2013, ou encore le premier semestre de la licence informatique, où la réussite est passée de 25 à 54 %.

 

  • Plus d’évaluations, c’est plus d’occasion de se rattraper : le contrôle continu intégral apporte le droit à l’erreur et au rattrapage, détectant le plus tôt possible les éventuelles lacunes pour y apporter remède avant que ne s'installe la spirale de l'échec. Les évaluations régulières permettent ainsi d'identifier les difficultés des étudiants, de comprendre leurs erreurs. On adopte ici un réel modèle d’évaluation formative, basé sur la progression et non pas le contrôle d’un bachotage bien acquis.

 

  • Le contrôle continu intégral fait diminuer de manière impressionnante le nombre de décrochages : en organisant une succession d’épreuves variées et adaptées à l’enseignement, tant sur le nombre que sur le format, le contrôle continu intégral diminue de manière significative le taux de décrochage. En effet, le taux d'abandon de la composante Sciences a baissé de 13,33 %, en Sciences Humaines et Sociales cette diminution est de 11,62 %. Enfin, ce chiffre correspond à 7,14 % de taux de décrochage en moins, pour l'ensemble de l'Université d’Avignon.

 

  • Bien plus qu’avec l’examen type “partiel”, le contrôle continu intégral permet l’acquisition en profondeur des compétences abordées en cours : dans une démarche d’assurance qualité, les évaluations sont nécessairement suivies d'une séance de correction. Cela permet de revenir sur des éléments de cours mal assimilés avant qu’il ne soit trop tard ! Avec l'appui des enseignants, l’évaluation continue permet donc à l'étudiant de progresser avant l'épreuve suivante et de consolider ses acquis. De plus, le contrôle continu intégral permet de mettre en exergue les compétences acquises toute renforçant leur apprentissage, conduisant de facto l’étudiant vers une meilleure insertion professionnelle.

 

  • Le contrôle continu intégral permet d’allonger le temps de cours au sein du semestre : le CCI permet aussi d'allonger la durée d'enseignement faisant passer le nombre de semaines d’enseignement de 10 à 12 semaines par semestre. En effet, le rattrapage étant rendu inutile, les délais entre première et seconde session le sont aussi. Ce temps peut ainsi être réalloué à de l’enseignement ! Ainsi le temps passé à l'Université est optimisé et permet une meilleure progressivité dans l'appropriation des contenus pédagogiques, tout en favorisant la compréhension des liens entre les enseignements des diverses unités d'enseignement.
 

Les académies

Agenda

 Mai 2018  Précédent Suivant
L M M J V S D
 
   

 

Tweets à propos de #FAGE

Attention Fragile : Découvrez les AGORAé